Le Papier

CHAPITRE 1: La sorcière

La cloche sonna .

  • Lucille ! Tu viens on va être en retard ! , me criait Misato , vit dépêche toi !

Misato et Moi même allons se ranger pour aller en Européenne . Cette salle lugubre qui ferait fuir n'importe quels être humain . La sorcière , c'est comme ça qu'on l'appelait notre prof d'européenne . Un être bizarre , qui nous faisait faire des activités ennuyeuses à mourir . Misato me tira vers le rang , deux minute plus tard notre prof arriva , elle portait un étrange manteau noir, avec des têtes de morts accrochées à la ceinture . Elle nous fit signe de venir vers elle, nous nous dirigeons vers la salle d'européenne . La prof , nous fit signe de nous assoir à nos place respectives .

  • Aujourd'hui , les enfants , dit elle en articulant , vous allez tous prendre un morceau de papier , vous écrirez dessus trois phrases fausses , et une phrase vrai , ensuite vous la lirez à haute voix .

Tous le monde se mit au travail , quelques uns chuchotaient au fond de la classe , mais la prof les ignorais . Je décida de ma pencher sur mon exercice , Misato avait presque finit , je décida d'accélérer ,si non j'aurais un zéro pointé . Alors je pensais à trois phrases fausses :

  • Ma meilleure amie a eu un accident et est décédée .

  • Mes 4 frères ont disparus .

  • J'habite dans la rue .

Voilà j'avais fini , je me levais et apportais a fiche à ma prof .

  • Et bien Lucille , dit la prof en regardant ma feuille , t'est phrases sont vraiment macabre . Mais il en manque une.

  • Je le sais, mais je n'avais plus d'idées .

  • Et bien tu l'a fera la prochaine fois, répondit-elle en examinant ma feuille sur tout ses aspects , attend que tes camarades ai finit puis vous pourrez partir .

Le cours passa très vite , et en clin d'œil je me retrouvais devant chez moi ,

cette journée était fini enfin .

J'étais exténuer , je souhaitais la bonne nuit à toute ma famille , je me dirigeais vers ma chambre, sans manger . Je m'installais confortablement dans mon lit , et m'endormis .

Le lendemain , je sortis de chez moi mon déjeuner à la main, et je me dirigeais vers mon école . J'entrais par le grand portail , j'étais en retard. Misato devait déjà être arriver , je courais vers ma classe , je verrais Misato à la pause . Mes quatre heures de cours passèrent si vite , que je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer . Je descendit les escaliers , et m'aventurais dans le hall . Je fouillais tout le hall , Misato n'était pas là . Je fouillais le deuxième et dernier bâtiment elle n'y était pas non plus . J'ai tout de suite pensé qu'elle était tombée malade , j'attendis la fin des cours un peu anxieuse, c'était ma meilleure amie et je la connaissais depuis tellement longtemps, elle ne manquait pas les cours pour un rhume , donc elle était vraiment malade. J'étais plongée dans mes pensées, en cours de math. La prof fit claquer sa règle sur mon bureau, puis elle regarda furtivement à ma droite, ou devait se tenir Misato , et se retira doucement en baissant la tête, comportement très étrange pour cette drôle de femme qui j'en suis sûre mourrait d'envie de me coller pour ma somnolence. Les cours terminé je me précipita vers la porte, ces deux heures de math était plus longues chaque mardi.

 

 

CHAPITRE 2 : La seconde Phrase

 

Je décidais d'aller chez Misato pour voir comment elle allait et pour la disputer de ne pas m'avoir prévenue. J'arrivais devant sa maison déposée par le bus du ramassage scolaire, des tas de voitures étaient sur sa pelouse, devant sa maison garée. Plusieurs personnes que je ne connaissait pas, habillés avec des tenues de fêtes, je m'approchais de plus en plus inquiète. Je toquais à la grande porte en bois , de sa maison . Sa mère ouvrit , elle avait l'air d'être très fatiguée . Les yeux rougis et un mouchoir de papier à la main.

  • Bonjour Martine , dit-je à la mère de Misato en la saluant , Misato n'était pas là aujourd'hui , je voulais voir si elle allais bien .

  • Bonjour Lucille , je suis désolé de te l'informer... Misato est décédée hier soir. Elle était dans le métro qui la raccompagnait chez elle , dit-elle en pleurant, et cet accident est survenu... eT elle éclata en sanglots.

Je la regardais , mon regard perdu dans le vide. Mes yeux décrivait tout ce qui se trouvait à l'intérieur de la maison, une grande caisse de bois, et des tonnes de cadres de Misato. Sa mère se reprit et posa la main sur mon épaule,

  • Tu veux peut être assister à la cérémonie?

Je me recula en secouant la tête, je ne voulais plus rester dans cette maison, je sortis en courant. Et c'est à ce moment que je m'aperçus que toutes ces personnes étaient vêtues de noir, et la plupart pleurait. Je n'avais pas vu tous ces détails en arrivant. Je courais en remontant la rue, ma maison se trouvait pas très loin. Une fois arrivée, je poussais violemment la porte d'entrée et couru vers ma chambre . J'entendis les pas feutrés de ma mère, elle était surement au courant, elle s'allongea à mes côtés sur le lits et me pris dans ses bras .

  • La mère de Misato m'a appelée , chuchota ma mère dans mon oreille, elle m'a raconté ce qui c'était passé c'est vraiment horrible. Si tu as besoin de parler je suis là ma chérie .

  • Merci maman , mais pour l'instant je voudrais rester seule .

Ma mère quitta ma chambre , et ferma la porte délicatement . Je n'avais pas la force de réfléchir alors je m'endormis .

 

CHAPITRE 3 : La FIN

 

Le lendemain , je ne voulais pas me lever . Je trainais les pieds jusqu'à la chambre de mes frères . Il n'y avait personne ! A quatre heure du matin , aucun de mes frères n'étaient dans leur chambre .

  • Maman ! Où sont les garçons ?

  • Quoi ils ne sont pas dans leur chambre ? dit ma mère, en se retournant vivement .

  • Non , ils n'y sont pas , je croyais qu'ils étaient avec toi .

  • Oh ! Mon dieu ! J'appelle la police ! Ma mère se précipita vers le téléphone, une heure après la police était dans la maison en train d'examiner la chambre de mes frères disparu. Il pensaient tout simplement à une fuite , mais nous savions très bien que ce n'était pas possible ils ne seraient pas partit comme ça ….

Je rentrais dans ma chambre, m'assis à mon bureau , et déposa ma tête entre mes mains en désespérant , qu'est ce qui pourrait être pire , après la mort de ma meilleure amie et la disparition de mes frères . Je levais la tête , et là je vis la feuille d'européenne :

 

  • Ma meilleure amie a eu un accident et est décédée .

  • Mes frères ont disparus .

  • J'habite dans la rue .

 

 

Je ris, tellement je trouvais la situation drôle, puis je pensais à de la sorcellerie. Et si cette prof était vraiment une sorcière? Et si c'était elle qui avait manigancer tout ça? Je secouais la tête, non ce n'est pas possible ce n'est qu'un cauchemar ! Je froissais la feuille et je la jetait à la poubelle , je me dirigeais vers mon lit , cette fois je mis longtemps à m'endormir toutes sortes d'idées trainait dans ma tête , et je ne savais pas quoi penser. Peu à peu le sommeil m'envahit et mes yeux se fermèrent.

 

Je fut réveillée par des caresses sur mon bras, ma mère avait l'habitude quand j'étais enfant de me réveiller ainsi, je bougeais pour lui montrer que je voulais dormir encore un peu,lorsque ma tête heurta une chose dure. Je me releva d'un coup. Je ne me trouvais plus dans ma maison, mais à l'extérieur dans un jardin, l'herbe me caressait les bras et plusieurs pierre étaient disposées autour de moi. Mais que se passait-il ?! Je sortit de ce cercle étrange et regarda autour de moi, je me trouvais bien dans un jardin, mais pas n'importe lequel. C'était mon jardin! Sauf qu'une chose manquait essentiellement : Ma maison! A la place de ma maison, un trou béant sur le sol. Et au centre du trou

Une feuille. Je descendis et la ramassa, je remonta en haut et tout en marchant je regardais cette mystérieuse feuille : c'était la feuille d'européenne . Je suis dans un rêve! j'en était sûre c'était la seule explication plausible, la veille j'avais froissée cette feuille et puis ma maison et tout ça … Mes pensées s'éclaircirent tout d'un coup, je ne voyais plus qu'une seule explication! La sorcière!

Marie une copine de la classe passait devant chez moi , elle m'appelait et elle me fit signe de venir . Je me dirigeais vers elle , elle me prit par la main sans que j'eus le temps de dire un mot .

Le bus passa et mon envie de tout lui raconter me passa, elle n'avait même pas remarquer que je dormais dans mon jardin, elle ne s'était pas réveillée ce matin...

En un clin d'œil j'étais dans la salle d'européenne . Je m'avança vers la prof pour lui parler mais elle me coupa la parole et me lança.

  • Lucille , écrit moi ta dernière phrase , s'il te plaît .

  • Je ne … OH et puis à quoi bon! Si tout ça était une farce, j'allais le voir tout de suite!

Ma main glissa sur le papier , pour une mauvais blague tout est possible !

Ma quatrième phrase sera : Je suis morte il y a 1 mois .

Je rendis le papier à cette sorcière et elle me répondit avec son éternel sourire.

  • C'est parfait Misato .

 

Tout d'un coup, mon corps se figea, des sensations me parcoururent, je ne sentais plus rien. Je sentit mon corps tomber à terre, je ne sentit pas la chute, je vis au dessus de moi des visages anxieux des mains qui voulaient m'aider à me relever mais je ne pouvais pas bouger. Mes lèvres étaient comme collées je ne pouvais rien dire. Tout d'un coup, mes yeux se fermèrent sans que je puisse les en empêcher, mon cœur ralentit , ma respiration devint faible. Je voulais crier, que quelqu'un m'aide!

Mon cerveau ralentit lui aussi, je ne pouvais plus réfléchir, mes pensées étaient figées, plus rien ne se passait. Une seule image me revient à l'esprit , le sourire de cette sorcière.

Puis se fut le noir, le vide, le néant.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site